Avec la crise sanitaire qui persiste actuellement, il est difficile pour les investisseurs de savoir à quel moment ils pourront reprendre leurs activités.

En effet, le Coronavirus a eu un impact sérieux dans le secteur de la construction, mais aussi un report important de projets de vente ou d’achat sans oublier le durcissement des taux de crédit immobilier. Tout ce qu’il reste à faire c’est de se projeter dans l’avenir et voir l’évolution de la situation.

A lire en complément : Les charges de copropriété et leur utilité

Le marché immobilier complètement bloqué à cause du Covid-19

Après une année euphorique, l’année 2020 s’annonce très mal avec la venue de la crise sanitaire. En 2019, presque tous les Français se sont lancés dans l’investissement immobilier et ne trouvent aucune contrainte à s’endetter même d’une manière excessive.

A lire aussi : Quels sont les avantages d'une maison moderne ?

Malheureusement, c’est tout à fait le contraire et le retour à la réalité, en 2020, car les banques ont exigé un durcissement des conditions d’accord de crédit immobilier afin de mettre un terme à cet enjouement concernant les biens immobiliers. Un bon nombre de candidats dans ce secteur sont désormais endettés jusqu’à 35 à 40 %.

Pour mettre un terme à cette situation de surendettement des investisseurs, les établissements financiers ont décidé de limiter leurs conditions d’accord de crédit dès les premières semaines de cette année. C’est simple, le taux d’endettement à 33 % devient la norme maximale et qu’il ne faut pas dépasser à moins d’avoir 25 ans de crédit immobilier ou 7 années de revenus de l’emprunteur.

L’impact négatif du Coronavirus chez les particuliers

La situation actuelle est difficile pour tout le monde sans exception. Les pays qui se concentrent uniquement sur la gestion de cette crise sanitaire ne s’occupent plus des autres préoccupations comme l’achat d’un bien immobilier, par exemple. Le marché stagne durant la période du confinement étant donné qu’il n’y a pas de visite au sein de la maison. Ainsi, le secteur immobilier entre dans une position de pause.

Mais alors qu’en sera-t-il du marché immobilier en 2021 et ainsi de suite ? Cette crise va-t-elle engendrer un changement durable à certains niveaux ? Pour l’instant, il est difficile de prévoir ce qui se passera le lendemain après le confinement et il l’est encore plus difficile à long terme.

En tout cas, ce qui est certain c’est que l’impact économique sur les particuliers, sur les entreprises, sur les services publics, sur les collectivités locales et l’État va être très important. D’ailleurs, cela risque d’avoir des retombées négatives si le confinement s’éternise ou se met en place à plusieurs reprises. Vous risquez de tomber sur une récession.

Pour régler le problème, il n’y a pas trente-six solutions, l’unique scénario crédible reste une baisse des prix de l’immobilier pendant une durée plus longue qui suivront la sortie définitive du confinement. Vous devez aussi être à la page des orientations prises par les politiques et les banques à plus long terme pour effacer les dettes très importantes qui s’accumulent de plus en plus vite.

Une nouvelle demande dans le secteur immobilier

Le confinement a adapté une nouvelle mode de vie et a fait apparaître de nouveaux critères de choix en ce qui concerne l’investissement locatif. Désormais, les Français optent pour des logements avec un jardin spacieux, une maison avec une terrasse, une pièce réservée pour le télétravail et bien sûr un éloignement des grandes villes. En effet, il n’est plus nécessaire de se réunir dans les métropoles pour rester à proximité de son lieu de travail.

Ce sera une occasion à saisir de pouvoir déménager dans des endroits où le logement est moins tendu et moins cher.Même si la crise n’est pas encore finie, les agences immobilières restent actives, même si elles sont fermées, quant aux projets locatifs. Ce sont les modèles digitaux qui ont pris le dessus entre les particuliers.

L’investissement locatif est-il un bon ou mauvais plan après le déconfinement ?

La crise du covid-19 entraîne diverses conséquences négatives sur l’investissement locatif, notamment dans la baisse du pouvoir d’achat des nouveaux locataires ou les risques d’impayés reliés aux pertes d’emplois. Les visites des biens sur terrain se feront de plus en plus à distance via des applications mobiles comme WhatsApp ou Messenger. Il y aura aussi une augmentation de l’utilisation du bail à distance par le biais de la signature électronique.

Toutefois, si les acheteurs veulent tout de même voir en direct leurs nouvelles demeures, ils doivent suivre un protocole sécurisé : gels, masques, limitation du nombre de personnes, distanciation à 1 mètre. Avec ces nouvelles contraintes, la baisse des acheteurs immobiliers et les nouveaux besoins que le confinement fait apparaître,les experts supposent une augmentation des demandes locatives.

D’ailleurs, suite à la perte du pouvoir d’achat, les candidats à la location favoriseront la location de particulier à particulier pour éviter les frais d’agence.Face aux incertitudes grandissantes de la population, l’investissement locatif s’inscrit toujours comme une valeur refuge qu’il faut saisir à tout prix.

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter