Faut-il investir pendant le Coronavirus ou mieux vaut-il attendre ?

Avec la crise sanitaire qui persiste actuellement, il est difficile pour les investisseurs de savoir à quel moment ils pourront reprendre leurs activités.

En effet, le Coronavirus a eu un impact sérieux dans le secteur de la construction, mais aussi un report important de projets de vente ou d’achat sans oublier le durcissement des taux de crédit immobilier. Tout ce qu’il reste à faire c’est de se projeter dans l’avenir et voir l’évolution de la situation.

A lire en complément : Un déménagement facilité : louer un utilitaire en aller simple

Le marché immobilier complètement bloqué à cause du Covid-19

Après une année euphorique, l’année 2020 s’annonce très mal avec la venue de la crise sanitaire. En 2019, presque tous les Français se sont lancés dans l’investissement immobilier et ne trouvent aucune contrainte à s’endetter même d’une manière excessive.

A découvrir également : Comment choisir un camion de déménagement ?

Malheureusement, c’est tout à fait le contraire et le retour à la réalité, en 2020, car les banques ont exigé un durcissement des conditions d’accord de crédit immobilier afin de mettre un terme à cet enjouement concernant les biens immobiliers. Un bon nombre de candidats dans ce secteur sont désormais endettés jusqu’à 35 à 40 %.

Pour mettre un terme à cette situation de surendettement des investisseurs, les établissements financiers ont décidé de limiter leurs conditions d’accord de crédit dès les premières semaines de cette année. C’est simple, le taux d’endettement à 33 % devient la norme maximale et qu’il ne faut pas dépasser à moins d’avoir 25 ans de crédit immobilier ou 7 années de revenus de l’emprunteur.

L’impact négatif du Coronavirus chez les particuliers

La situation actuelle est difficile pour tout le monde sans exception. Les pays qui se concentrent uniquement sur la gestion de cette crise sanitaire ne s’occupent plus des autres préoccupations comme l’achat d’un bien immobilier, par exemple. Le marché stagne durant la période du confinement étant donné qu’il n’y a pas de visite au sein de la maison. Ainsi, le secteur immobilier entre dans une position de pause.

Mais alors qu’en sera-t-il du marché immobilier en 2021 et ainsi de suite ? Cette crise va-t-elle engendrer un changement durable à certains niveaux ? Pour l’instant, il est difficile de prévoir ce qui se passera le lendemain après le confinement et il l’est encore plus difficile à long terme.

En tout cas, ce qui est certain c’est que l’impact économique sur les particuliers, sur les entreprises, sur les services publics, sur les collectivités locales et l’État va être très important. D’ailleurs, cela risque d’avoir des retombées négatives si le confinement s’éternise ou se met en place à plusieurs reprises. Vous risquez de tomber sur une récession.

Pour régler le problème, il n’y a pas trente-six solutions, l’unique scénario crédible reste une baisse des prix de l’immobilier pendant une durée plus longue qui suivront la sortie définitive du confinement. Vous devez aussi être à la page des orientations prises par les politiques et les banques à plus long terme pour effacer les dettes très importantes qui s’accumulent de plus en plus vite.

Une nouvelle demande dans le secteur immobilier

Le confinement a adapté une nouvelle mode de vie et a fait apparaître de nouveaux critères de choix en ce qui concerne l’investissement locatif. Désormais, les Français optent pour des logements avec un jardin spacieux, une maison avec une terrasse, une pièce réservée pour le télétravail et bien sûr un éloignement des grandes villes. En effet, il n’est plus nécessaire de se réunir dans les métropoles pour rester à proximité de son lieu de travail.

Ce sera une occasion à saisir de pouvoir déménager dans des endroits où le logement est moins tendu et moins cher.Même si la crise n’est pas encore finie, les agences immobilières restent actives, même si elles sont fermées, quant aux projets locatifs. Ce sont les modèles digitaux qui ont pris le dessus entre les particuliers.

L’investissement locatif est-il un bon ou mauvais plan après le déconfinement ?

La crise du covid-19 entraîne diverses conséquences négatives sur l’investissement locatif, notamment dans la baisse du pouvoir d’achat des nouveaux locataires ou les risques d’impayés reliés aux pertes d’emplois. Les visites des biens sur terrain se feront de plus en plus à distance via des applications mobiles comme WhatsApp ou Messenger. Il y aura aussi une augmentation de l’utilisation du bail à distance par le biais de la signature électronique.

Toutefois, si les acheteurs veulent tout de même voir en direct leurs nouvelles demeures, ils doivent suivre un protocole sécurisé : gels, masques, limitation du nombre de personnes, distanciation à 1 mètre. Avec ces nouvelles contraintes, la baisse des acheteurs immobiliers et les nouveaux besoins que le confinement fait apparaître,les experts supposent une augmentation des demandes locatives.

D’ailleurs, suite à la perte du pouvoir d’achat, les candidats à la location favoriseront la location de particulier à particulier pour éviter les frais d’agence.Face aux incertitudes grandissantes de la population, l’investissement locatif s’inscrit toujours comme une valeur refuge qu’il faut saisir à tout prix.

Quelles sont les mesures prises par le gouvernement pour soutenir l’investissement immobilier ?

Le gouvernement français a pris des mesures pour soutenir l’investissement immobilier. Tout d’abord, la loi Pinel qui permet de bénéficier d’une réduction fiscale en investissant dans un logement neuf destiné à la location pour une durée minimale de 6 ans a été prolongée jusqu’en 2021.

Il y a eu la mise en place du Plan Logement Neuf en septembre dernier qui vise à encourager les investissements dans le neuf avec des aides financières aux primo-accédants et aux personnes souhaitant réaliser un investissement locatif. Le dispositif Denormandie quant à lui propose une réduction fiscale pour les travaux effectués sur des biens anciens situés dans certaines zones.

Concernant le contexte actuel lié au Covid-19, le gouvernement français a annoncé plusieurs mesures afin de soutenir l’immobilier. L’une d’entre elles est la suppression temporaire de la taxe foncière pour les entreprises touchées par l’épidémie. Dans ce cadre aussi, un prêt garanti par l’État (PGE) peut être contracté auprès de sa banque habituelle sans condition ni frais supplémentaires.

Parallèlement, depuis fin mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre, toutes les procédures administratives concernant l’immobilier ont été suspendues afin que personne ne soit pénalisé pendant cette période difficile : pas d’exécution ni résiliation forcée des baux commerciaux ou d’habitation, ou encore report automatique des échéances relatives aux crédits immobiliers accordés avant mi-mars 2020.

Malgré ces mesures incitatives, pensez à bien rester vigilant sur l’évolution économique et sanitaire du pays avant d’envisager un investissement immobilier. Les dispositifs mis en place par le gouvernement pour soutenir l’investissement locatif peuvent certes encourager les potentiels acquéreurs, mais ceux-ci doivent peser tous les risques et opportunités avant de prendre une décision définitive.

Comment évaluer les risques et les opportunités d’investissement pendant la crise sanitaire ?

Si vous êtes prêt à investir pendant la crise sanitaire, pensez à bien mesurer les risques et les opportunités avant de prendre une décision. Voici quelques éléments à prendre en compte pour évaluer la situation.

Il faut bien comprendre que même si le marché immobilier a été touché par la crise économique liée au Covid-19, cela ne signifie pas forcément qu’il y ait des risques à court terme. Les chiffres du premier trimestre 2020 montrent une croissance continue des prix immobiliers en France : 1% pour l’ancien et 2,8% pour le neuf selon la Fédération Nationale de l’Immobilier (FNAIM).

Certains experts prévoient un ralentissement voire un effondrement du marché immobilier dans les mois qui viennent. Effectivement, avec une possible récession économique mondiale consécutive à la pandémie actuelle et un taux de chômage en hausse constante, nombreux sont ceux qui redoutent une baisse importante des prix immobiliers.

Pensez à bien analyser les caractéristiques actuelles du marché immobilier. Il faut notamment tenir compte de critères tels que l’emplacement géographique du bien (ville ou campagne), son type (studio ou maison), sa qualité générale ainsi que son état général.

Côté opportunités maintenant : pourquoi ne pas envisager de profiter de la situation actuelle pour négocier un meilleur prix d’achat ? Si la demande est plus faible, les vendeurs peuvent être disposés à revoir leur prix initialement affiché. De même, avec des taux d’intérêt historiquement bas et une offre bancaire compétitive sur le marché, c’est peut-être l’occasion idéale de réaliser un investissement immobilier rentable.

Il est possible que l’investissement locatif soit un bon plan malgré le contexte économique et sanitaire actuel. Pensez à vous faire accompagner par des professionnels du secteur afin de bénéficier des meilleurs conseils pour réussir votre projet dans cet environnement incertain.

vous pourriez aussi aimer