Le chéneau est un détail architectural qui embellit. Mais il est également utile : il déplace les eaux de pluie. Le réseau de circulation engendré peut même permettre de stocker un important volume d’eau pour une éventuelle réutilisation. Le chéneau se décline sous plusieurs apparences, selon son utilité. Il peut être en terre cuite, en matière synthétique (PVC). 

Obligations légales encadrant la pose d’un chéneau

La loi fixe les conditions d’évacuation des eaux pluviales. En France, l’article 681 du Code civil est formel : les eaux venant d’un toit doivent couler exclusivement sur le terrain du propriétaire de la toiture. Ce texte incite les propriétaires à installer des collecteurs d’eau. D'une part, pour respecter la loi en faisant que les eaux s’écoulent sur le terrain. D'autre part, dans le cas de maison ayant : soit plusieurs toits, soit un réseau complexe de toits. Avoir un chéneau collectant l’eau permet de rassembler ces grands volumes d’eau qui pourraient s’écouler de façon désordonnée et dans certains cas éroder le terrain en fragilisant la construction.

Le chéneau en zinc

Pour ce qui est de la définition d'un chéneau en zinc : il a au moins la longueur du toit sur lequel il est installé. Il collecte les eaux coulant des différentes parties de la toiture. Le chéneau est installé au bas du toit. Un des côtés de ce dispositif aboutit dans une gouttière, un dispositif de tuyaux horizontaux. Quant à l’autre côté, il aboutit à des tuyaux verticaux faisant descendre l’eau directement dans un caniveau ou une cuve de stockage d’eau enfouie. Le principal avantage du zinc est qu’il reste en place plusieurs années sans s’abîmer. Certains modèles peuvent durer plus de 35 ans. Ce chéneau peut avoir un aspect parallélépipédique. Dans ce cas, il est dit “nantais”. Si sa forme est arrondie, il est dit “havrais”.

Le chéneau en terre

Les premiers modèles de chéneau étaient en terre cuite. Ils subsistent dans quelques rares constructions restaurées grâce à un crédit bancaire. Son avantage est son aspect décoratif. Mais il a plusieurs inconvénients majeurs : d’abord, il est fragile car il peut se briser. Ensuite, il peut présenter des problèmes d'étanchéité. Enfin, sa durée de vie est relativement faible, rare sont les modèles qui durent plus de 10 ans. Pour ne rien arranger, le chéneau en terre cuite est souvent plus cher.

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter