Investissement immobilier en Espagne : quelles sont les erreurs à éviter 

Pour effectuer un investissement immobilier à l’étranger, il faut collecter un ensemble d’informations capitales en matière de juridiction, de normes, de fiscalité et de procédures d’acquisition. L’Espagne en particulier est une mine d’or dans ce domaine avec un taux sur investissement à la hausse de 4,6 %. Avec autant d’avantages, il est fréquent de se confronter à des problèmes d’arnaques pendant l’achat d’un appartement en Espagne. Voici les erreurs à éviter quand on veut investir à l’étranger plus précisément en Espagne.

Ne pas effectuer de contrôle juridique

Au cours du processus d’achat d’un bien immobilier en Espagne, le contrôle de l’état de ce dernier sur le plan juridique, urbanistique et cadastral est à la charge de l’investisseur. Ce qui n’est pas le cas dans d’autres juridictions. C’est donc une grosse erreur de penser que toutes ces démarches seront réalisées par un notaire. La liste des éléments à vérifier avant tout achat de maison est longue et prend en compte :

A lire également : Optimiser votre investissement avec 6ème sens immobilier : conseils et retours d'expérience

  • Les documents de la propriété ;
  • A voir aussi : Comment estimer la valeur d'un bâtiment ?

  • Le certificat de vente de l’appartement en Espagne ;
  • L’état des finances du vendeur ;
  • L’environnement du logement à acheter en Espagne.

Si vous désirez acheter un appartement en Espagne, nous vous recommandons NuvoBarcelona. Elle propose les meilleures maisons et appartements à vendre, que ces logement soient neufs ou totalement rénovés.

Être absent au moment de la « tasacion »

La « tasacion » est en quelque sorte une estimation de la valeur de la vente du logement en Espagne par une banque pour un éventuel prêt. En cas d’absence, la valeur de l’appartement à acheter peut être revue à la baisse. Dans ces conditions, le prêt immobilier perçu par la banque pourrait être insuffisant. À défaut d’être présent, un conseiller immobilier devra être délégué pour montrer à l’examinateur chargé de la tasacion la valeur de la maison.

Se contenter du prix fourni par le vendeur

La vente d’appartement en Espagne ne répond pas à une valeur standard. Comme en France, le prix d’un appartement peu se négocier. Surtout si vous traitez directement avec un particulier. En effet, sans aucune étude préalable vous pourrez acheter un appartement en Espagne bien plus cher que le prix auquel il est vendu. Nous vous recommandons les conseils d’un expert immobilier ou d’une agence immobilière avec des service intéressants pour avoir les meilleures options d’investissement à l’étranger.

Ne pas avoir de NIE et de compte bancaire en Espagne

Le NIE, est un numéro d’identification à posséder avant tout achat de maison en Espagne. Sans cela, aucun investisseur étranger ne pourrait posséder un bien immobilier. Il est donc recommandé d’effectuer la demande de NIE avant toute procédure immobilière. Ce numéro est attribuable aussi bien dans un commissariat qu’à l’ambassade affiliée au pays de l’investisseur. C’est une procédure qui dure 3 semaines à 1 mois.

Par ailleurs, l’ouverture d’un compte bancaire n’est pas obligatoire, sauf en cas d’hypothèque. L’achat d’un logement en Espagne peut demander beaucoup de frais supplémentaires et parfois des impôts lorsque vous avez recours à un compte bancaire hors du pays. Toutefois, les investisseurs français ont la chance de payer facilement depuis leurs comptes bancaires français grâce au SEPA. L’ouverture d’un compte bancaire courant vous permettra de prendre en charge également les paiements de factures courantes liées à la maison.

Ne pas tenir compte des coûts annexes

Lors d’un investissement immobilier en Espagne, il ne faut pas se focaliser uniquement sur le prix d’achat du bien. Il y a souvent des coûts annexes à prendre en compte qui peuvent rapidement alourdir la facture finale.

L’investisseur devra s’acquitter des frais notariaux et des impôts associés à l’achat du bien. Les frais notariaux comprennent les honoraires du notaire pour son travail ainsi que les taxes liées aux formalités qu’il accomplit. Ces frais varient généralement entre 1% et 2% du prix de vente. Il faut ajouter la TVA ou la taxe foncière applicable selon le type de propriété achetée.

Certains promoteurs immobiliers imposent aussi une série de charges supplémentaires telles que les frais d’enregistrement dans leur système informatique ou encore ceux relatifs au traitement administratif et juridique nécessaire à l’acquisition.

Il faut prévoir un budget global dépassant celui initialement destiné au seul achat immobilier afin d’éviter toute surprise désagréable plus tard.

Ignorer les particularités du marché immobilier espagnol

Lors d’un investissement immobilier en Espagne, vous ne devez pas ignorer les particularités du marché espagnol. En effet, le marché immobilier espagnol possède des caractéristiques spécifiques qu’il faut prendre en compte avant d’investir.

Premièrement, vous devez noter que les prix immobiliers en Espagne peuvent varier considérablement selon la région et l’emplacement géographique. Les villes côtières sont souvent plus chères que les zones rurales ou à l’intérieur des terres.

Il faut savoir que le marché immobilier espagnol est soumis à une forte saisonnalité. Au cours de la période estivale, les prix ont tendance à augmenter pour atteindre leur apogée pendant les mois d’hiver, lorsque de nombreux résidents étrangers viennent chercher un endroit chaud pour passer leurs vacances. Il peut donc être judicieux d’acheter hors saison afin d’éviter une inflation artificielle des prix.

Il y a aussi des différences dans la manière dont les transactions immobilières sont effectuées en Espagne par rapport à d’autres pays européens. Par exemple, dans certains cas, on peut acheter directement auprès du propriétaire sans avoir besoin de passer par une agence immobilière, et certains documents qui semblent obligatoires dans son pays d’origine peuvent ne pas l’être ici.

Il existe aussi un système complexe appelé ‘plusvalía’. Ce dernier représente un impôt local sur la revalorisation foncière du bien vendu depuis son acquisition. Les lois locales régissent cette taxe, ainsi vous devez bien connaître la législation applicable avant d’investir dans un bien immobilier en Espagne.

Ignorer les particularités du marché immobilier espagnol peut conduire à des erreurs coûteuses pour l’investisseur. Vous devez prendre le temps d’étudier attentivement ce marché unique et complexe afin de pouvoir investir avec succès en toute connaissance de cause.

vous pourriez aussi aimer