Quel délai pour signer un compromis de vente ?

Voulez-vous acheter ou vendre une propriété ? Il est d’usage de signer un contrat préliminaire à l’avance pour se préparer à la vente. Ce contrat est une promesse de vente. La promesse de vente est unilatérale si l’un des entrepreneurs s’engage à acheter ou à vendre. Il est synallagmatique si le vendeur et l’acheteur traitent mutuellement l’achèvement de la vente à une date ultérieure. Cette promesse de vente synallagmatique est plus communément appelée « compromis sur les revenus ». Comment signer un contrat de vente ?

LegaLife répond à toutes les questions que vous posez au sujet de cet acte important pour votre achat immobilier.

A lire aussi : Comment investir dans le neuf à Thionville ?

Qu’ est-ce qu’un contrat de vente ?

Le contrat de vente est l’acte par lequel le vendeur et l’acheteur passent à la Conclusion obligent la vente d’un bien particulier à un prix convenu par eux. Il s’agit donc d’une promesse de conclure le contrat de vente de l’immeuble.

Ce contrat précédent est destiné à préparer l’exécution ultérieure du contrat d’achat, qui sera établi par un notaire spécialiste de l’immobilier.

Lire également : Comment louer un bien immobilier ?

Par exemple, le contrat d’achat peut être raisonnablement signé si le vendeur et l’acheteur acceptent de conclure la vente à un prix déterminé. Il y a souvent des formalités qui doivent être faites avant. C’est le cas pour dégager un droit de préemption (par exemple, le droit à la prépersion urbaine). Mais aussi pour obtenir un permis administratif ou un prêt.

Cette pratique d’achat de compromis s’explique donc par la complexité de la Ventes immobilières. En fait, il doit suivre plusieurs étapes. L’avantage pour les deux parties en l’espèce est de maintenir un certain degré de sécurité contractuelle grâce à cet engagement mutuel lors de l’élaboration du contrat final de vente.

Quelles conditions doivent être remplies lors de l’élaboration d’un contrat d’achat ?

Avant de signer le contrat de vente, vous devez savoir que cela implique le respect de certaines conditions et formalités.

Les conditions de la conclusion du contrat

En effet, le compromis d’achat est un contrat. Elle exige donc avant tout que les conditions nécessaires à un contrat soient remplies. Tout d’abord, la capacité juridique de conclure le contrat. Par conséquent, vous ne pourrez pas signer le contrat d’achat si vous ou votre contrepartie ne peuvent être mineurs ou adultes.

En outre, la signature du contrat d’achat équivaut à la conclusion de la vente à une date ultérieure. Par conséquent, les éléments clés du contrat de vente doivent déjà être définis dans la promesse de vente. Le contrat de vente mentionne toujours l’identité des parties. Elle comprend également le nom de l’immeuble en cause et la détermination du prix de vente.

Conditions particulières pour le contrat d’achat

La vente est parfois soumise à certaines conditions, telles que le nettoyage d’un droit de préemption ou l’obtention d’un prêt par l’acheteur. Dans ce cas, les parties au contrat de vente peuvent se référer aux présentes conditions générales, appelées « clauses suspensives ». Vous indiquez alors que le contrat de vente ne sera conclu que si les conditions de suspension dans l’un des termes de la les parties fixent la date limite sont respectées. Il est utile dans ce cas indiquer les termes du prêt demandé, ainsi que les étapes que l’acheteur doit prouver s’il ne reçoit pas le prêt et annule ainsi la vente.

Les parties peuvent également soumettre l’exécution de la promesse à confirmation par un acte authentique dans un délai déterminé.

Selon le type de contrat de vente immobilier en question, des conditions spécifiques sont imposées par la loi.

Si le contrat de vente concerne un bâtiment construit, le vendeur doit fournir un dossier de diagnostic technique et être joint au contrat de vente.

Quelles mesures faut-il prendre pour signer un contrat de vente ?

Le compromis d’achat peut être fait, à la discrétion des parties, par un acte d’intention privée (sans notaire, entre particuliers) ou par un acte authentique (devant un notaire), sauf si la loi exige qu’il soit effectué conformément à ce dernier formulaire. C’est le cas si la période entre la signature du contrat de vente et l’inscription finale à la vente est supérieure à 18 mois.

Le certificat d’intention privée est une loi adoptée par deux entrepreneurs sans l’intervention d’un notaire. Elle n’exclut pas l’intervention d’un autre professionnel, tel qu’un avocat spécialisé en droit immobilier, en qualité d’avocat. Si le contrat de vente est conclu par une intention privée, il doit être rédigé en autant d’originaux dont disposent les parties à la vente afin de faciliter la preuve en cas de litige.

Un acte authentique est un acte passé devant un notaire : il a l’avantage de bénéficier des conseils d’un expert en droit immobilier. Si le contrat de vente est effectué par un acte authentique, il peut être publié au service de l’annonce du pays, qui prendra effet contre des tiers.

La signature du contrat de vente s’accompagne généralement du paiement par l’acheteur d’un montant compris entre 5 et 10% du prix de vente, ce qui est appelé la garantie. Ce montant sera débité du prix de vente au moment de la signature de l’avis d’achat final et peut être retenu par le vendeur en cas de défaillance de l’acheteur, si le contrat de vente le prévoit.

Quel est l’impact du contrat après la signature du contrat d’achat ?

Article 1589 du Code civil stipule que la promesse de vente vaut la peine d’être vendues.

Une fois le contrat de vente signé, à moins que les conditions ne soient suspendues par les parties, les parties sont engagées. Le vendeur ne peut plus vendre la propriété à des tiers.

La vente est ensuite consacrée par la signature de l’acte d’achat authentique devant le notaire et en payant le prix et les honoraires de notaire. Toutefois, si les parties ne poursuivent pas cette formalité dans le délai prévu dans le contrat de vente, le contrat de vente expire et chaque partie est exemptée de sa société.

Il en va de même si les conditions prévues dans le contrat de vente n’ont pas été réalisées, qui ont établi la conclusion de la vente immobilière.

Puis-je me retirer après avoir signé le contrat d’achat ?

Le principe

La loi prévoit une protection spéciale lors de la vente de bâtiments résidentiels en présence d’un acheteur non professionnel. Dans ce cas, l’acheteur bénéficiera donc d’un délai de rétractation de 10 jours. En outre, l’Acheteur ne pourra pas effectuer le paiement avant la fin de ce délai de rétractation. Toutefois, la loi prévoit certaines exceptions. En tant qu’acheteur non professionnel d’un immeuble d’habitation, vous avez 10 jours pour vous abstenir d’acheter la propriété. Pour ce faire, vous devez informer le vendeur de votre décision par lettre recommandée avec confirmation de réception. Ce retrait ne nécessite aucune justification et ne peut entraîner le paiement d’une indemnité par l’acheteur.

À l’expiration de ce délai, les deux parties sont juridiquement liées par le contrat. Par conséquent, à la fin de la période prévue dans le contrat de vente, toute partie engager une action en justice pour demander la vente forcée de la propriété. elle peut également demander la résolution de la promesse de vente. Ils demandent donc leur annulation et l’ordonnance de la partie illégale de verser des dommages-intérêts. En principe, il n’est plus possible de s’abstenir de vendre après l’expiration du délai de révocation.

Cependant, il peut différer en fonction des termes du contrat de vente.

La possibilité d’ajuster ce droit dans le contrat de vente

Si le contrat de vente a constaté que la confirmation de la promesse d’achat était exigée par un acte réel pour l’exécution du contrat, il ne vaut en effet pas la peine de la vendre si un tel acte authentique est accompli. En l’espèce, la renonciation de l’une des parties ne peut donner lieu à une vente forcée. Il ne peut s’agir que d’une pénalité pour le paiement de dommages-intérêts être pris en compte.

En outre, le contrat de vente peut comporter une clause de dédicace qui prévoit à une partie le droit de révoquer sa société après paiement de l’indemnité. En présence d’une telle clause, il sera donc possible de renoncer à la vente après la signature du contrat de vente et l’expiration du délai de rétractation dans le délai prévu par la clause.

Documents juridiques utiles :

Modèle d’abaissement des revenus

Exemple de type de location d’appartements meublés

Modèle de crédit-bail pour non FurnishedLiving

vous pourriez aussi aimer